Quels sont les Travaux à la Charge du Locataire?

Travaux du locataire

Partagez cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Le locataire doit faire un certain nombre de réparations dans le logement locatif. Mais ces travaux sont réglementés par la loi. Nous vous invitons à lire cet article, pour tout savoir sur les différents travaux à la charge du locataire.

 

Les entretiens à la charge du locataire

 

Quels sont les travaux à la charge du locataire?

 

La loi répartit la charge d’entretien et des travaux de l’appartement entre le propriétaire et le locataire. Si le bailleur doit être responsable de tous les travaux majeurs liés à l’assainissement et à la dégradation de la propriété, à la charge que le locataire doit entreprendre est lié à l’entretien quotidien et aux réparations mineures du logement. Il peut également vouloir effectuer des travaux de développement esthétique ou pratique.

Les travaux d’entretien selon le décret du 26 août 1987: Les locataires doivent assurer l’entretien courant et les réparations de localisation. Ces réparations sont répertoriées dans l’annexe au décret n ° 87-712 du 26 août 1987 . On y retrouve les charges suivantes:

  • Effectuer des réparations mineures et un entretien de routine sur son équipement (fournaise, réfrigérateur, etc.), l’installation électrique, la plomberie, le chauffage et tout autre équipement. Le locataire doit effectuer un entretien annuel de la chaudière .
  • Réparations mineures et entretien courant de la décoration intérieure (plafonds, murs et sol).
  • Entretien régulier de propreté, obligation de location, qui intervient notamment en fin de location.

Travaux à la charge du locataire pour les réparations mineures (intérieur, extérieur) :

  • Changer les joints, les pommes de douche et les tuyaux
  • Rénover les petits accessoires (robinets, chauffage, interrupteurs, ampoules, prises…)
  • Les accessoires muraux pour combler les trous dans le mur
  • Suture de carreaux, remplacement de planches endommagées
  • Changement et fixation des plinthes.

Hormis les cas spécifiques mentionnés dans le décret, il n’est pas toujours facile de distinguer entre grosses et petites réparations. Le coût est naturellement l’un des critères à considérer.

Le locataire n’est pas obligé d’obtenir les réparations qui doivent normalement être payées par soi-même dans les circonstances suivantes:

  • Il s’agit d’un vice de construction ou d’un défaut d’artisanat: les inondations dues à une mauvaise résistance à l’eau, une mauvaise qualité de peinture, …
  • Si les appareils et les revêtements sont normalement utilisés. Par exemple, nous ne pouvons pas demander à un locataire de remplacer les planchers et les plafonds après une occupation de dix ans.
  • S’agit d’un cas de force majeure .

 

La remise en état du logement

 

Remise en état du logement par le locataire.

 

L’inventaire fait le point sur l’état des lieux avant et après la localisation. Lorsque la partie locataire, le propriétaire évalue l’état du logement comparé à l’état des espaces d’entrée et en vérifiant qu’il n’y a pas de détérioration.

Si le locataire décline la réparation des dommages, le propriétaire peut décider de retenir tout ou partie de la caution. Si le montant est insuffisant, le propriétaire peut intenter une action en justice pour réclamer des dommages et intérêts.

 

 

Lire plus...

Recevez le devis de déménagement gratuit

Sans obligation ou engagement