Où Emménager en France pour échapper au fléau des Embouteillages

Déménager pour fuire les Embouteillages

Partagez cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Les embouteillages font partie du quotidien des français. Un quotidien qui irrite et qui influe grandement sur certaines décisions, allant du choix des moyens de transport à celles de s’installer dans une ville moins embouteillée pour certains. Les solutions à long terme pour fluidifier le trafic routier ne semblent pas encore être appliquées ni même trouvées.

Depuis plusieurs années, de nombreux experts se penchent sur la question. Ils affirment qu’ «il n’y a pas de solution miracle pour enrayer les embouteillages, surtout dans les grandes villes, car l’analyse du trafic n’est pas une science exacte». Et puisque même les experts n’arrivent pas à trouver de solution concluante, on a pensé identifier les régions les plus embouteillées, ainsi que la qualité de leur réseau de transport routier pour aider dans les décisions.

 

Les régions françaises les plus embouteillées

 

Les grandes villes comme Paris, Marseille, Bordeaux, Toulouse ou Lyon font l’objet d’embouteillages très denses au quotidien. Les automobilistes parisiens ont perdu 79 heures dans les bouchons durant les heures de pointe en 2019 (74 heures en 2018).

La solution de créer plus d’infrastructures a été plusieurs fois appliquée. Ce n’est efficace que dans les premiers mois d’utilisation car le nombre de gens qui les utilisent augmentent aussi. En fait, on a tendance à croire qu’il faut plus de routes ou autoroutes pour éviter les bouchons mais ce n’est pas le cas. A vrai dire, plus on en ajoute, plus la population se déplace.

La création de nouvelles routes et la croissance démographique (due à l’urbanisation de masse) des grandes agglomérations n’arrangent donc pas les choses. Aussi à cause du prix de l’immobilier (achat ou location) et de l’accès aux logements, certains préfèrent habiter en périphérie et travailler en ville. Résultats : le trajet maison-travail est plus long et le trafic plus dense.

Devant ce problème grandissant, les experts essaient fortement de trouver des solutions permanentes pour réduire les embouteillages, mais leur succès est de courte durée.

C’est pourquoi bon nombre de français ont décidé eux-mêmes d’appliquer certaines solutions : partir très tôt le matin, faire le trajet à métro si possible, louer un petit appartement à proximité du travail pour y vivre durant la semaine et ne rentrer que les week-ends, déménager dans des régions moins habitées et y travailler…

On a alors pensé analyser la situation des embouteillages par région.

 

 

Les embouteillages sont plus longs en Ile-de-France. Le record de la région est de 628 km de blocage avec 9 heures d’attente en période de fête et en heure de pointe (vers 10 h du matin). C’est en grande partie dû au fait que presque toutes les villes dans cette région sont des grandes agglomérations propices aux embouteillages alors qu’ils sont moins longs dans les petites villes.

Corse contient par exemple davantage de petites que de grandes villes: c’est la région la moins embouteillée de France. Donc y déménager serait une solution pour ne plus faire face aux embouteillages de trop longue durée. C’est le cas pour toutes les autres régions ayant égale ou moins de 30 minutes d’attente pour une heure de trajet.

Or la densité des embouteillages ne dépend pas uniquement de la taille des villes d’une région ou de leur emplacement (en périphérie par exemple). Elle dépend aussi de la qualité de son réseau de transport routier.

 

La qualité du réseau de transport routier et son développement en France

 

La France présente des embouteillages moins importants que certains autres pays européens (Royaume-Uni par exemple) grâce, notamment, à la qualité de son réseau routier. En fait, l’amélioration du système de transport a toujours fait partie de ses projets de développement durable.

En particulier, le réseau routier est perçu comme créateur d’opportunités grâce aux conditions d’accès des lieux entre eux qu’ils rendent possibles. C’est pour ça que le gouvernement veille à ce que sa qualité s’améliore continuellement même si c’est coûteux et avec des nuisances environnementales en prime.

La qualité du réseau routier se mesure par sa densité, sa diversification et son articulation  aux différentes échelles. Et plus une région se développe bien économiquement, plus son réseau routier est de bonne qualité. Voyons ce qu’il en est pour toutes les régions françaises.

 

 

On a tendance à espérer que plus la qualité du réseau routier s’améliore, plus la circulation se fluidifiera petit à petit. Par exemple, l’Ile-de-France est la région la plus embouteillée de France, donc on essaie continuellement d’y remédier en améliorant la qualité de ses routes par tous les moyens.

Cette amélioration concerne la création de nouvelles infrastructures, la réparation de celles qui sont endommagées et leur entretien. En effet, les réparateurs, la police et les nettoyeurs travaillent ensemble pour contribuer à fluidifier la circulation : les trous, les accidents et les cadavres d’animaux en milieu des routes peuvent rallonger encore plus le temps d’attente dans les embouteillages.

 

La France est célèbre pour ses longs embouteillages ces derniers temps, surtout les mardis et les jeudis à Paris. Plusieurs experts et bureaux d’études se penchent sur les solutions pour y remédier depuis des années sans en trouver une à long terme.

La création de nouvelles infrastructures et l’entretien de celles régulièrement empruntées sont les solutions à court terme proposées pour améliorer le réseau de transport routier dans toutes les régions françaises.

Mais devant l’absence de solution permanente, certains français décident de prendre les choses en main en emménageant en périphérie, dans des petites villes moins enclines aux embouteillages. Plusieurs continuent de travailler en ville sans y habiter, mais cela ne résout pas le problème vu que le trajet maison-travail s’allonge encore plus, ce qui rend le trafic encore plus dense.

D’autres quittent radicalement les grandes villes pour à la fois travailler et vivre en périphérie. Pour échapper au fléau des embouteillages, cette méthode fonctionne mieux que celle de rester travailler en ville. Il faudra aussi éviter les régions à forte croissance démographique, notamment à cause d’une urbanisation massive, comme en Nouvelle-Aquitaine par exemple. Corse est la région la moins embouteillée, et donc la plus conseillée pour vivre loin des bouchons.

 

Corse

 

Sources :

http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/628-km-de-bouchons-en-ile-de-france-nouveau-record-08-10-2019-8168433.php

https://www.francebleu.fr/infos/transports/quelles-sont-les-villes-les-plus-embouteillees-en-france-1559637509

https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/news/documents/2019-10/ipsos_transdev_mobilites_en_regions.pdf

https://villesdurables.ifdd.francophonie.org/index.php/Transport_public_et_d%C3%A9veloppement_urbain_durable_en_France

Lire plus...

Recevez le devis de déménagement gratuit

Sans obligation ou engagement